Montevideo – Uruguay

Dimanche matin, après mon séjour d’une nuit à Colonia, je suis partie en bus vers la capitale: Montevideo.
La ville de Montevideo m’a toujours intrigué pour une raison banale: son nom!
J’ai finalement trouvé l’étymologie de ce mot: MONTE (monter) VI (6) D (del) E (est) O (ouest)
Donc: La 6e montée de l’est et de l’ouest. (Enfin je crois!)

Le trajet vers la capitale a duré environ deux heures, durant lesquelles j’ai fait un somme.  Tout ce que je me souviens du paysage uruguayen, ce sont des plaines vertes et des vaches.

J’y suis restée à Montevideo jusqu’à mardi matin.  J’ai donc eu le temps de me promener dans la ville et d’apprécier sa tranquillité (comparée à Buenos Aires), son bord de mer et ses rues agréables.

Plaza Independencia
Plaza Zabala
Mercado del Puerto
Au marché du port, on retrouve plusieurs restaurants qui servent de la nourriture traditionnelle (chivito, viande++, etc.)
Chivito de carne
Le chivito est un sandwich à la viande et aux oeufs.  On peut y mettre les condiments qu’on désire.  C’est pas mal du tout! (Ça ressemble BEAUCOUP au hamburger!).
À Montevideo, j’ai remarqué plusieurs très beaux graffitis sur certains murs.  On aurait presque dit un grand musée extérieur! En voici quelques exemples:
Ensuite, direction le bord de l’eau!
Playa Pocitos
Mardi, à 11h30, je reprends le bus jusqu’à Colonia afin de reprendre le bateau.
J’arrive vers 13h30 au port de Colonia, où je me présente avec mon billet de retour “ouvert” (il n’y a donc pas d’heure fixe sur mon billet).  On m’annonce alors qu’il n’y a plus de place sur le bateau pour aujourd’hui… ni pour demain!
On inscrit mon nom sur une liste d’attente.
On me dit de revenir vers 17h00…
Je capote un peu (bon, moins que la dernière fois, je commence à avoir l’habitude des problèmes de transport!).
Je retourne vers 17h00.  Le bateau est à 17h30.
On me fait attendre jusqu’à 17h16.
Finalement, le monsieur derrière le comptoir se lève, me fait signe de le suivre.
On marche vite, il imprime mon billet!!!!!!!!!!!!!
Il me reste 5 minutes pour passer la douane et embarquer dans le bateau.
Je passe la douane (va-t-on me faire payer ENCORE 150$US pour entrer en Argentine?).
Le douanier est souriant et étampe mon passeport sans rien dire (YESSS!).
Je cours à l’étage, va à la fin de la file d’attente (logique, non?).
Je crois comprendre qu’on demande l’embarquement immédiat des billets rouges.
Je regarde autour de moi: seulement des billets verts.
Merde.
Je cours jusqu’à l’autre bout, on m’ouvre des barrières, et finalement! J’embarque dans le bateau.
Ouf.
Coucher de soleil sur le Rio de la Plata à travers la vitre (sale) du bateau.
No tags for this post.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *